Intégrale des nouvelles en 12 volumes / Henry James, 4, Une tournée de visites et neuf autres nouvelles - Volume 4, l'Amérique, et neuf autres nouvelles
EAN13
9782729119379
ISBN
978-2-7291-1937-9
Éditeur
La Différence
Date de publication
Collection
MINOS (3)
Séries
Intégrale des nouvelles en 12 volumes / Henry James (4)
Nombre de pages
477
Dimensions
16 x 11 x 2 cm
Poids
282 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Code dewey
850
Fiches UNIMARC
S'identifier

4 - Une tournée de visites et neuf autres nouvelles - Volume 4, l'Amérique

et neuf autres nouvelles

De

La Différence

Minos

Indisponible

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Intégrale des nouvelles en 12 volumes / Henry James
L’intégrale thématique des nouvelles en 12 volumes

3. « L’Amérique »

Ce volume comprend :

L’Histoire d’une année, 1865 ; Un jour béni, 1866 ; Le Professeur Fargo, 1874 ; Benvolio, 1875 ; Un hiver en Nouvelle-Angleterre, 1884 ; Le Patagonia, 1888 ; L’ Europe, 1899 ; Le Coin du retour, 1908 ; La Sombre Cornelia, 1909 ; Une tournée de visites, 1910.

Quoique profondément européanisé, Henry James est demeuré essentiellement américain. Quittant en 1875 un New York encore provincial, assistant en 1904 à l’explosion là-bas du XXe siècle et d’une colossale puissance financière, c’est le grand témoin cosmopolite de la domination croissante des doctrines de son pays natal sur les valeurs ancestrales de l’Europe. Il reconnaît d’abord à l’Amérique une supériorité morale malgré son infériorité culturelle, mais démasque bientôt les rapacités destructrices embusquées derrière les principes moralisateurs. Les nouvelles réunies ici couvrent la totalité de cette période décisive des métamorphoses américaines, débutant avec des échos de la tragédie civile de la guerre de Sécession, et terminant avec cette autre tragédie qu’est l’anéantissement de l’individu par un ordre matérialiste universel et impitoyable.

Né à New York en 1843, mort à Londres en 1916, Henry James qui prit la nationalité anglaise un an avant sa mort, est l’écrivain qui a dépeint le plus finement la distance, qui n’a cessé depuis de s’élargir, entre l’esprit européen et la sensibilité américaine. C’est à Londres où il s’établit à partir de 1876 qu’il écrit ses plus grands chefs-d’œuvre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jean Pavans