Mon père, ce tueur
Ajouter à mon calendrier
Le , Librairie Gibier

Jeudi 7 novembre à 19h30, la librairie accueille Thierry Crouzet, auteur du remarqué (et remarquable) roman Mon père, ce tueur paru en septembre à La Manufacture de Livres.

J'ai à coeur de défendre cet ouvrage car lorsque j'ai reçu les épreuves du livre en juillet, j'ai d'abord été rebutée et par le titre et par le sujet, j'ai retardé ma lecture mais la curiosité de la "jeune" libraire que je suis a été la plus forte. Grand bien m'en a pris car à partir du moment où j'ai plongé dans ce récit, il m'a été impossible de m'en extraire. Page après page, j'entendais la voix de mon père me raconter lorsque j'étais enfant le départ de ses "potes" pour l'Algérie, ces deux - parfois plus - années d'absence au loin et le retour dans l'hexagone de ses camarades, changés à vie, évitant soigneusement de parler de ce qu'ils avaient vécu là-bas.

Le récit de Thierry a donc une résonance particulière qui mérite qu'on s'y attache. Parti en quête de l'origine d'une violence paternelle qu'il a toujours redoutée, Thierry explore les méandres du témoignage paternel légué en héritage - photos et carnets - racontant le quotidien d'un jeune appelé, Jim, qui, parce qu'il était fin chasseur et redoutable gâchette, a été propulsé tireur d'élite au sein du régiment où il avait été incorporé. Mon père, ce tueur relate la guerre dans son horreur, son absurdité, les assauts contre les fellagas, le désert algérien, l'amitié avec les copains Marconi et Souplet qui, d'une certaine façon, ont eu moins de chance que lui, et l'amour aussi éprouvé pour la jeune Jeanne...

Le roman de Thierry est bouleversant, jamais manichéen, d'une grande honnêteté intellectuelle et totalement universel.

Jeudi soir, Thierry Crouzet sera accompagné de son éditeur, Pierre Fourniaud. L'occasion de découvrir aussi le pourquoi du comment d'un éditeur qui a fait le choix de l'édition indépendante, hors des sentiers battus et loin des enjeux uniquement commerciaux.

Un rendez-vous dont la librairie peut être fière. J'espère vous y retrouver nombreux.

A jeudi soir.

Fabienne