L'air que l'on respire
Le message de Martin Winckler, alias Marc Zaffran

dimanche 10 mai 2020 à 19h39

Montréal, le 7 mai 2020 Chères amies lectrices Chers amis lecteurs Après plusieurs semaines de confinement forcé, les librairies vont rouvrir. L
Un long voyage

vendredi 08 mai 2020 à 10h05

Chronique d’une lectrice landa… pardon d’une libraire landa ! Confinement oblige, j’ai tenté pendant les six dernières semaines des exp&eacut
Voir tout le blog

Conseillé par Stéphanie, libraire et François, lecteur de la librairie

LECTURE CROISÉE :

C'est l'histoire d'un village, un village presque ordinaire des fjords de l'ouest. Un village sans cimetière.
C'est l'histoire de ses habitants qui mènent une existence ordinaire. Des existences en apparences ordinaires, avec leur lot de singularités. Part onirique, irréelle portée par les personnages : par exemple, celui qui se met à rêver en latin que, pourtant, il n'avait pas appris, ou encore Jonas au corps diaphane qui, timide, peint délicieusement et lumineusement façades et toits des maisons...
Part plus réaliste pour les autres, avec leurs rencontres, leurs séparations, leurs histoires rythmées par les saisons, les rudesses du climat et de la mer.
L'auteur, tout en distillant ces histoires de vie, nous enrôle dans cette atmosphère si particulière que constitue le quotidien d'un point isolé sur une île tout aussi isolée qu'est l'Islande.
Françoise N.

Roman se déroulant dans un paisible village islandais et sa campagne alentour.
Histoire du temps qui passe avec une routine implacable brisée par les aléas de la vie.
On y retrouve des héros de la vie quotidienne, tromperies, suicides, "fantômes", licenciements...
Bref, la vie de tous les jours.
Stéphanie, libraire.

Tous les conseils de lecture