Europe, what else ?

LE DECLIN, La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine - Analogies historiques

La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine - Analogies historiques

L'artilleur

9,90

L'Europe fantôme
3,90

«Pour mieux comprendre ce qui lui reste d’emprise sur les esprits, il faut rendre à l’idée sublime d’Union européenne son aura d’origine. Et rappeler à ceux de ses vingt-sept membres qui l’auraient oublié d’où vient la bannière bleue aux seulement douze étoiles d’or : du Nouveau
Testament, Apocalypse de saint Jean, 12. L’emblème qui flotte au-dessus de nos têtes qui ne croient plus au Ciel remonte à l’an 95 de notre ère et célèbre l’imminent avènement du Royaume. Vision mystique engrisaillée, projet politique encalminé : les deux ne sont pas sans rapport.» Régis Debray.


Le nouvel empire, L'Europe du vingt et unième siècle

L'Europe du vingt et unième siècle

Gallimard

10,00

L'Europe peut disparaître. Non pas le marché unique, mais le projet politique. Jamais les forces d'éclatement n'ont été aussi fortes depuis le traité de Rome de 1957 : des tensions internes entre pays membres de l'Union européenne se font jour, alors que le Royaume-Uni a décidé de sortir de l'Union. Mais surtout, l'affrontement des États-Unis et de la Chine, dont la maîtrise des technologies et les forces financières nous surpassent, nous impose un choix radical entre une Europe souveraine et une Europe soumise. Il est donc temps que l'Europe affirme elle aussi sa puissance. Celle d'un continent riche de la diversité de ses nations, avec de véritables frontières. Une puissance technologique, qui favorise la création de champions industriels européens, capables de créer les emplois et d'assurer la formation des centaines de millions d'Européens. Une puissance au service de la paix, qui défend ses intérêts économiques et militaires, ses entreprises
comme ses citoyens. L'Europe doit définir un projet politique et s'affirmer, au XXlᵉ siècle, comme un nouvel empire.


Brexit, L'autopsie d'une illusion

L'autopsie d'une illusion

JC Lattès

17,90

Alex Taylor a grandi en Cornouailles dans les années 60. Après des études à Oxford, il part à Paris pour y vivre plus librement son homosexualité. Il devient professeur, puis journaliste et il est l’un des premiers à parler d’Europe et du sentiment européen. Il voyage, découvre Berlin, s’y installe tout en revenant toujours en France. Bouleversé et en colère après le Brexit, il choisit de devenir Français et obtient l’année dernière la nationalité française. À  l’heure du repli sur soi, de l’explosion des populismes en Europe et des questions toujours plus cruciales sur l’identité, Alex Taylor répond par l’exemple, l’humour et la nuance  : il montre la façon dont il est devenu un citoyen européen, tour à tour plus anglais que français ou l’inverse.